La boite de Pandore http://pandore.journalintime.com/ fr 2018-05-19T21:21:58+02:00 http://pandore.journalintime.com/She-don-t-want-the-world-3-Doors-Down She don't want the world - 3 Doors Down Parce que, hélas, tout donner ne suffit pas. Cela ne suffit jamais. Je ne suis pas assez forte pour survivre. Je ne suis pas une battante, non, je ne suis pas une guerrière, je subis, je me laisse faire, docile, pathétique. Victime. Pleurnicheuse. Faible. Je crois que je me préférais droguée, seule mais dominante. Je ne le suis plus. J'ai tout donné... des tas de petits bouts de moi encore et encore et encore. Ils ont tout dévorés. Il ne reste de moi que miettes dont je ne sais pas quoi faire ?! Je m'oublie dans ces histoires magnifiques d'amour et d'honneur qui n'existe que dans Parce que, hélas, tout donner ne suffit pas. Cela ne suffit jamais. Je ne suis pas assez forte pour survivre. Je ne suis pas une battante, non, je ne suis pas une guerrière, je subis, je me laisse faire, docile, pathétique.
Victime. Pleurnicheuse. Faible.
Je crois que je me préférais droguée, seule mais dominante.
Je ne le suis plus. J’ai tout donné… des tas de petits bouts de moi encore et encore et encore. Ils ont tout dévorés. Il ne reste de moi que miettes dont je ne sais pas quoi faire ? !
Je m’oublie dans ces histoires magnifiques d’amour et d’honneur qui n’existe que dans les séries. C’est terminé ce temps où les hommes accordaient de l’importance à certains principes, à certaines valeurs. Cela n’a plus le moindre sens. C’est l’égoïsme qui prime sur tout, partout, tout le temps. Et je suis si faible, presque naïve, que j’y crois. Le moindre geste de sa part et je me laisse aller, encore, à croire.
N’est-ce pas stupide ? Bien sur que oui. Savoir mais ignorer, comme équiper d’œillères suivant bêtement la trajectoire imposer, en sachant pertinemment qu’elle va me ronger jusqu’à l’os mais la suivre malgré tout. Par amour ? Je crois que cela est plus proche de la connerie que de l’amour. Il doit y avoir une nuance, une ligne qui sépare l’un de l’autre ? Non ? Les deux sont ils liés, intrinsèquement ? L’alcool n’aide pas mais c’est en sa présence que ces mots sont écrits. J’avais prévu de passer une bonne soirée, en sa compagnie, aidé par l’alcool que je souhaitais joyeux… mais rien de se passe jamais comme je le prévois. C’est dommage.

]]>
2018-05-19T21:21:58+02:00
http://pandore.journalintime.com/Pas-assez-de-raisons-et-toujours-trop-d-excuses Pas assez de raisons et toujours trop d'excuses. Souvent avant de venir écrire ici, je me dis que ça ne sert à rien, personne ne lis. Puis, je me marre en me disant que c'est idiot parce que le but d'écrire ici ce n'est pas d'être lu mais de me vider, de me remplir, de me fuir en me retrouvant, c'est pour moi pas pour les autres. J'ai repris un peu la photographie, pour le plaisir, pour m'occuper, pour bouger, parce que j'aime ça. Bouger. Pourtant, je ne le fais que trop peu... Je reste enfermée, j'étouffe, je me résigne. J'ai peur. Toujours les mêmes conneries dans le fond, ce mode de vie ne me convient pas mais je n'ai pas Souvent avant de venir écrire ici, je me dis que ça ne sert à rien, personne ne lis. Puis, je me marre en me disant que c’est idiot parce que le but d’écrire ici ce n’est pas d’être lu mais de me vider, de me remplir, de me fuir en me retrouvant, c’est pour moi pas pour les autres.
J’ai repris un peu la photographie, pour le plaisir, pour m’occuper, pour bouger, parce que j’aime ça.
Bouger.
Pourtant, je ne le fais que trop peu… Je reste enfermée, j’étouffe, je me résigne. J’ai peur.
Toujours les mêmes conneries dans le fond, ce mode de vie ne me convient pas mais je n’ai pas vraiment la possibilité d’en changer.
C’est hors de portée.
Mais c’est sûr qu’en pensant ainsi, ça ne va pas s’améliorer. Je suis, en partie, un obstacle à moi-même. Je sais bien qu’il FAUT faire telle et telle chose, mais je n’arrive pas à me motiver pour… parce que ce ne sont pas des choses dont j’ai envie… J’ai besoin d’une motivation pour accomplir ces choses. J’ai besoin d’une raison, c’est con mais c’est comme ça. Il faudrait se forcer, un peu.
Je n’essaie pas assez, pas assez de raisons et toujours trop d’excuses.

]]>
2018-04-17T12:11:50+02:00
http://pandore.journalintime.com/C-est-facile-de-croire C'est facile de croire. Le ciel est triste, encore, et mes rêves sont tellement étranges ces derniers temps... ils me laissent un arrière goût désagréable et me donnent l'impression d'un sommeil non réparateur. Mais de toute façon, le sommeil c'est surfait. In Hell I'll Be in Good Company - The Dead South Éternel recommencement, tout revient, ça tourne, tourbillon et fait quelques ricochets, ça n'a pas de sens. Oui Je sais bien que rien n'a de sens, de but, que tout est vide et sans issue mais c'est plus fort que moi, ça m'abîme quand même. J'ai envie d'avoir une raison de vivre. Mais il n'y a Le ciel est triste, encore, et mes rêves sont tellement étranges ces derniers temps… ils me laissent un arrière goût désagréable et me donnent l’impression d’un sommeil non réparateur. Mais de toute façon, le sommeil c’est surfait.

In Hell I’ll Be in Good Company - The Dead South

Éternel recommencement, tout revient, ça tourne, tourbillon et fait quelques ricochets, ça n’a pas de sens. Oui Je sais bien que rien n’a de sens, de but, que tout est vide et sans issue mais c’est plus fort que moi, ça m’abîme quand même.
J’ai envie d’avoir une raison de vivre.
Mais il n’y a rien que du vide, que du vent. Et la douleur, aussi. Les petits moments de joies sont trop rares… ou bien suis-je trop exigeante ? J’sais pas.
Remarque  : la musique ne me semble pas vide.
Et en plus, elle me remplie. J’ignore de quoi. D’émotions, je suppose, mais les mots qualificatifs ne me viennent pas.
Puis qu’elle idée aussi, moi, d’avoir des envies ! Quand j’pense que tout cela, c’est pour rien, pour finir dans la tombe, pour redevenir poussière… ça m’fout les boules grosses comme celles d’un mammouth ! Façon d’parler.
Et la cabane, et la paix, et la sérénité, et… Pfff tu crois encore à toutes ces conneries ? Tu es encore plus stupide que ce que je croyais, moi.

...

Malaise en ce moment, je sens bien que toutes SES paroles sont déjà oubliées d’puis belle lurette, et ça me tue d’y avoir cru une fois de plus.
Et oui, c’est tellement facile de croire. Surtout à ce que l’on désir.
Hélas, moi, je n’oublie pas.
Il faudrait que… oui encore des phrases, des hypothèses qui ne mèneront à rien ! Il FAUT et pas il faudrait. Puisque j’avais tort de croire que son égoïsme ne me concernait pas, puisqu’il ne pense pas à moi, il FAUT que je le fasse.
Et j’enrage, je bouillonne car, si je relis mes anciens textes, purée ! Je le savais. J’avais déjà tout écrit mais ces conneries sentimentales m’ont grillés les idées.

]]>
2018-03-27T11:31:00+02:00
http://pandore.journalintime.com/If-I-Had-A-Heart-Fever-Ray If I Had A Heart - Fever Ray Nos pensées sont elles forcément attirées par les choses que nous souhaiterions éviter ? Ce n'est pas une véritable question, mais un cri silencieux, un râle teinté de rage. J'essaie de penser mieux, mais les choses polluantes se faufilent par toutes les petites failles et encore et encore, pour me saper le moral. RESISTE ! Prouve que... ouais bref on connait la chanson. Il n'est pas certain que rester était la meilleure décision à prendre, pour moi, égoïstement. Mais à quoi bon revenir sur une décision déjà prise, sur le passé, encore et encore ? Dans une lecture Nos pensées sont elles forcément attirées par les choses que nous souhaiterions éviter ?
Ce n’est pas une véritable question, mais un cri silencieux, un râle teinté de rage.
J’essaie de penser mieux, mais les choses polluantes se faufilent par toutes les petites failles et encore et encore, pour me saper le moral.
RESISTE ! Prouve que… ouais bref on connait la chanson.
Il n’est pas certain que rester était la meilleure décision à prendre, pour moi, égoïstement. Mais à quoi bon revenir sur une décision déjà prise, sur le passé, encore et encore ?

Dans une lecture récente, les mots qu’une femme laisse ne cesse de me revenir en tête : elle exprime qu’à force d’avoir peur elle a oublié que le temps passe, qu’elle a sacrifié sa jeunesse à aimer un homme qui ne lui a pas rendu, qui était détruit, errant comme un spectre…
Des fois, j’ai également cette impression merdique de passer à côté "des belles années de ma vie" (bah ouai, ça va être de pire en pire hein) mais j’ai également conscience qu’il ne demande rien, que c’est un choix et non une obligation alors c’est stupide de ressentir cela comme un renoncement. Pff. Je n’arrive même pas à cracher cette idée. J’n’ai plus les mots. Puis comme le reste, ça ne sert à rien ! Cela ne me soulage même pas.
Je me surprends à songer à un véritable chez moi. Je pense ailleurs, loin, en Irlande, en Suisse, voir des paysages, oui voir et respirer, presque profiter, avant qu’il ne soit trop tard. Profiter de lui, vivre des moments spéciaux… que ses mots prononcés ne soient pas que des mots balancés dans l’vent, pour rien.
La vérité, je la connais. C’est juste que je refuse de l’affronter.

]]>
2018-02-27T18:08:00+01:00
http://pandore.journalintime.com/Sache-ne-vivre-qu-en-toi-meme Syndrome de Sisyphe L'envie d'un lieu virtuellement à moi, pour y cracher mon poison en autre chose, est de retour. C'est une nouvelle lubie, nous savons moi et moi, qu'il est probable que cela ne dure pas bien longtemps. Ce site est particulier, je finis toujours y par revenir. Mais j'préfère garder l'ancien journal en privé. Peu importe, la fumée de ma cigarette semble réagir à la musique qui glisse, Beth Hart et sa voix sublime, https://youtu.be/3TkitGRoGM8 je perd le fils... je devrais me concentrer sur les fameuses choses importantes de la vie, à savoir passer mon permis, trouver un travail qui ne L’envie d’un lieu virtuellement à moi, pour y cracher mon poison en autre chose, est de retour. C’est une nouvelle lubie, nous savons moi et moi, qu’il est probable que cela ne dure pas bien longtemps. Ce site est particulier, je finis toujours y par revenir. Mais j’préfère garder l’ancien journal en privé.
Peu importe, la fumée de ma cigarette semble réagir à la musique qui glisse, Beth Hart et sa voix sublime, https://youtu.be/3TkitGRoGM8 je perd le fils… je devrais me concentrer sur les fameuses choses importantes de la vie, à savoir passer mon permis, trouver un travail qui ne me plait pas du tout juste pour avoir de l’argent, bouger, partager, vivre et ressentir ! Enfin toussa toussa… mais ce n’est pas ce dont j’ai envie, pas comme ça.

J’ai froid, j’ai j’ai j’ai… mon disque est rayé, comment exprimer ce bordel dans ma tête sans Je et j’ai  ? Je les déteste. Ils sont moches. *rire* N’importe quoi.

Et le poème de Tucnev me revient et résonne en moi, encore. Sache ne vivre qu’en toi-même ! j’y travaille, moi, j’y travaille…

Le courrier récemment reçu, du Pole Emploi, me déprime… C’est exceptionnel d’être aussi inutile et de toujours proposer de la merde ! J’essaie d’en rire, mais dans le fond, ça me brûle, me révolte.
Tout me révolte.
En silence. Parce que j’ai finalement compris que je n’pouvais pas y faire grand chose de plus.

La lecture récente d'une trop bruyante solitude laisse un écho en moi : cet éternel mouvement de va-et-vient, tout recommence en vain, syndrome de Sisyphe. Alors Rien, s’insinue dans mes pensées et fait des ricocher contre les parois de mon crâne.
Mais je souris en tournant la tête, je vois ces 4 roses rouges, tellement clichées en ce jour et je m’en fous, elles me ravissent, me rassurent : il y a encore du beau dans ce monde.

]]>
2018-02-14T23:18:00+01:00
http://pandore.journalintime.com/Walk-Through-The-Fire-Mary-Gauthier Walk Through The Fire - Mary Gauthier J’oppresse, je stresse, je ne sais pas aimer sans tout gâcher, tout abîmer. Ce monde est pourri et je dois arrêter de vouloir. Puis, enfin, arrêter de respirer. Toute ça résonne si fort en moi que les fondations en tremblent. Est-ce que... Non. Ne pas recommencer à envisager tout un tas de choses. Ça ne fait que m'embrouiller l'esprit. Et c'est inutile. Fuck. Fuck. Fuck. Tout est profondément enfoui mais ça ne le reste jamais pour toujours. Respirer. C'est tellement contradictoire cette angoisse, ce malaise au fond de moi.... fuck. Juste envie d'être dans ses bras durant J’oppresse, je stresse, je ne sais pas aimer sans tout gâcher, tout abîmer.
Ce monde est pourri et je dois arrêter de vouloir.
Puis, enfin, arrêter de respirer.
Toute ça résonne si fort en moi que les fondations en tremblent. Est-ce que… Non.
Ne pas recommencer à envisager tout un tas de choses. Ça ne fait que m’embrouiller l’esprit. Et c’est inutile.
Fuck. Fuck. Fuck.
Tout est profondément enfoui mais ça ne le reste jamais pour toujours.
Respirer.
C’est tellement contradictoire cette angoisse, ce malaise au fond de moi.... fuck. Juste envie d’être dans ses bras durant ces terribles moments en sachant parfaitement qu’il ne le souhaite pas… alors rien.
Est-ce si ridicule de vouloir cela ?
Tic tac ça claque !
Cette vie me ronge et pourtant j’ai peur de ne pas avoir plus de temps… Pour?? ? Une illusion qui te persuade qu’un jour où l’autre ce sera top ? ! Je ne sais pas.

J’ai beau le savoir, je n’arrive pas à l’accepter. Tout ce résume à un seul putain de mot : Rien. Et cela me fait mal, ça résonne contre les parois de mon crâne, rien, rien rien, rien… Je ne suis rien.
Ai-je peur de crever avant d’être autre chose que rien ?
C’est con, ça n’arrivera pas, moi.
Rien, c’est ce que nous sommes tous.

]]>
2017-09-30T21:46:00+02:00
http://pandore.journalintime.com/Il-faut-tout-taire Il faut tout taire. Respire, tout va bien, il faut juste se taire. C'est simple, tais toi. Il n'y a pas de but, pas d'objectif, il faut se taire, respirer et accepter cette évidence. Aucune anesthésie, tan pis. Peut-être que nous cherchons trop à fuir nos douleurs ? J'ai tendance à penser, au contraire, que nous nous focalisons trop sur elles. N'est-ce pas leurs donner de l'importance ? En ont-elles ? Encore tellement de questions... inutiles. C'est simple, il faut tout taire. Mon cerveau refuse d'assimiler pleinement certaines choses je crois. C'est malsain, ça n'aide pas des masses non plus. Où Respire, tout va bien, il faut juste se taire. C’est simple, tais toi. Il n’y a pas de but, pas d’objectif, il faut se taire, respirer et accepter cette évidence.
Aucune anesthésie, tan pis. Peut-être que nous cherchons trop à fuir nos douleurs ? J’ai tendance à penser, au contraire, que nous nous focalisons trop sur elles. N’est-ce pas leurs donner de l’importance ? En ont-elles ?
Encore tellement de questions… inutiles. C’est simple, il faut tout taire. Mon cerveau refuse d’assimiler pleinement certaines choses je crois. C’est malsain, ça n’aide pas des masses non plus. Où suis-je ? Il me faut admettre que dans le fond j’ai conscience de la futilité de tout, de mes questionnements également. Respirer et maintenir ce silence qui finira par apaiser plus qu’à ronger. Les deux fusionneront et seront… peu importe, j’ai mal.
Le corps se manifeste bien trop souvent par la douleur. Nous n’y pouvons rien, tais toi.

]]>
2017-07-18T17:01:36+02:00